Les temples d’Abou Simbel

Nous souhaitions aller visiter les temples d’Abou Simbel, pendant notre séjour à Assouan, mais ne voulions pas prendre l’avion, un peu trop coûteux.

Donc la solution classique, c’est de passer par un tour opérateur, et de partir en mini-bus, par le convoi qui est organisé deux fois par jour (pour info, l’aller retour nous a coûté 80 EGP). Celui du matin décolle à 4h, donc nous étions prêts devant l’hôtel à… 3h15. Puis, nous avons attendu une troupe d’asiatiques devant leur bateau de croisière pendant des plombes et enfin, nous avons quitté Assouan pour le Sud du Lac Nasser et les temples, vers 4h15.

Impossible de me rendormir, donc j’ai pu voir notre chauffeur s’arrêter faire sa prière vers 5h30 et admirer le lever du soleil sur le désert.

Abou Simbel Egypte

Enfin, vers 8h, bienvenue à Abou Simbel ! (L’orthographe olé olé de l’Egypte nous fait toujours rire, même si ça ne nous surprend plus.)

Abou Simbel Egypte

Le lac Nasser est superbe, dans la fraîcheur (mouais, tout est relatif, on est en t-shirt et on sort la crème solaire), du petit matin…

Abou Simbel Egypte

Les temples d’Abou Simbel ne sont plus à présenter. Sinon, voir ICI. Avant d’acheter les tickets, on passe dans une expo photo relatant le déplacement des temples par l’Unesco. Assez impressionant.

Abou Simbel Egypte

Nous grignotons notre petit-déjeuner préparé par l’hôtel, en regardant les petits moineaux nous regarder (ou plutôt nos miettes).

Abou Simbel Egypte

Puis, nous entrons sur le site, et le choc de l’émerveillement est immense ! Les colosses de pierre devaient stupéfier les peuples étrangers, quand ils les découvraient au détour d’une boucle du Nil.Abou Simbel Egypte

Abou Simbel Egypte

Nous commençons par la visite du Petit Temple (photos interdites à l’intérieur des temples).

DSC00428

Et continuons par le Grand.

Abou Simbel Egypte

Abou Simbel Egypte

Abou Simbel Egypte

Pour imaginer la taille de ces colosses, il suffit de comparer la taille de l’oreille avec celle de Vincent :

Abou Simbel Egypte

Nous avons ensuite entamé la visite de l’intérieur du temple, tout à fait somptueux, avec encore beaucoup de très belles couleurs. Ici, un bas-relief dans le couloir d’entrée extérieur, représentant les prisonniers esclaves, avec une grande finesse dans les détails des visages.

Abou Simbel Egypte

Pour l’anecdote, au retour, nous nous sommes arrêtés pour faire le plein. Etant donnée la pénurie de gasoil, et bien que les touristes soient visiblement prioritaires sur les camions (dont les files d’attente s’étiraient sur des kilomètres), le temps d’attente paraissait être d’au moins une heure. Nous nous étions résignés à attendre, et discutions tranquillement dehors, quand nos compagnons chinois se sont mis à nous crier dessus pour que nous remontions en courant dans le mini-bus (tellement pressés que nous avons failli partir sans un petit garçon). En effet, le chef de la bande de touristes chinois s’était rendu compte que le bateau allait bientôt partir… sans eux ! (mais bien sûr). Donc nous sommes repartis avec un tout petit bout de réservoir, le chef de la bande criant toujours au téléphone avec le patron du tour opérateur, et en croisant les doigt pour arriver à Assouan sans tomber en panne sèche. Assez marrant. Heureusement, nous sommes arrivés sans encombre jusqu’à Assouan et nos compagnons du jour ont pu remonter dans leur bateau !